Hitchcock, scénario anti-crise

rearwindow_stewart_camera

Au lieu d’avoir les yeux rivés sur les cours de la bourse, le patron de General Motors aurait été bien avisé de braquer son téléobjectif sur la filmographie d’Alfred Hitchcock. A l’heure où le géant américain de l’automobile s’apprête à mettre la clef (de contact) sous la porte, un petit détour sur Rear Window (Fenêtre sur cour), le chef-d’oeuvre voyeuriste de Hitchcock (1954), s’impose en effet.

Le photographe Jeffrey (James Stewart), immobilisé chez lui suite à une accident, reçoit les soins d’une infirmière à domicile. Tandis qu’il espionne tranquillement ses voisins d’en face, celle-ci lui raconte comment elle avait prévu le krach de 1929. Comment ? En observant l’un de ses patients, le patron de General Motors, tout simplement.
rear_window_stewart
« I asked myself : what’s General Motors got to be nervous about? Over production, I say. Collapse. When General Motors has to go to the bathroom ten times a day, the whole country’s ready to let go. » En résumé : en surveillant les allées et venues du boss de GM aux toilettes, on aurait pu éviter la catastrophe. Coût total des frais de consulting : une place de ciné.

Les dialogues particulièrement subtiles et souvent à double sens de ce film, notamment les remarques teintées d’un humour noir typiquement hitchcockien de Stella l’infirmières, sont signés John Michael Hayes, décédé cette semaine à l’âge de 89 ans.

Fenêtre sur cour, c’est comment le cinéma donne à voir la réalité et la déforme pour en faire un film. La Bourse, c’est comment les patrons donnent à voir un film et le déforme pour en faire la réalité.

  • Sonorama : écouter le 20e épisode des entretiens Hitchcock/Truffaut dans lequel est analysé Rear Window ainsi que Dial M For Murder.
Une voiture tirée hors d'un marécage, dernière image du film Psycho.

Une voiture tirée hors d'un marécage, dernière image du film Psycho.

3 réponses à “Hitchcock, scénario anti-crise

  1. Très très bien, ce billet !!!
    Et quel film !!!

  2. ilestcinqheures

    Merci Adrien.
    Si vous aimez ce film, allez voir les liens vers les 1000 images de Rear Window et celui des entretiens Truffaut / Hitchcock.

  3. Pingback: Alfred Starr « Il est cinq heures

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s