Archives de Tag: PDG

L’édito-sans-parachute du PDG de Polystyrène TV

Paix sur le (toit du) monde et bienvenue dans celui de Polystyrène TV.

Vous l’ignorez sans doute puisqu’on s’évertue à vous le cacher, mais s’adonner de façon régulière à une activité physique s’apparente à s’y méprendre à la pratique d’un sport.
Qu’il s’agisse d’une pratique individuelle, en couple, collective, active ou télé-spectato-passive, secrète et honteusement cachée à l’abri des parois placoplâtrées des casiers-HLM et des pavillons-standards, ou surexposée façon jogging-élyséen-pour-frimeur-issu-des-urnes, désintéressée ou encore vomitivement cousue-d’or, le risque est le même, et il est grand, de tomber dans le piège-du-sport-spectacle.

Utilisé par les pouvoirs-en-place-gavés-d’orgie-en-tout-genre pour contenir les humeurs écoeurées frondeuses et vengeresses d’une population-en-mal-de-repères-et-d’idoles, le sport-spectacle, parent-tout-en-muscle-et-sous-stéroïde du showbizness-traditionnel-façon-Barclay, à défaut de donner l’exemple en matière d’élégance vestimentaire estivale, à l’instar de son blanc-cousin, lave-au-karcher, en pantacourt, en silence et en profondeur, les sillons-médiatico-stérilisés de nos disques-mous-en-jachère.

Et c’est alors que s’éloigne de nous maintenant le grand-sportif-show-chinois-que-nous-savons, paravent glacial à doublure-rouge-sang, spécialement ouvragé à usage d’une humanité-taurine daltonienne ou aveugle aux contours moraux mal-définis, et tandis que continuent de couler des pentes éternellement enneigées du toit du monde les larmes de moines pacifistes dans le murmure à peine répréhensible des représentants-bidons-mais-hélas-élus d’une communauté internationale bafouée et inerte en mode-pré-final, c’est alors qu’une palanquée d’amateurs de cash-cash-party, avides de stock-options, et ataviquement boursouflés d’autosatisfaction outrecuidante, ont subrepticement glissé vers une radicalisation sans-retour, transformant leur déjà-navrant hobby-familial-de-rupin-en-mal-de-rebellion, en s’essayant au vol libre: très-à-l’aise au décollage, bien équipés, soutenu par l’Etat, entourés-d’amis, blindés et rompus à ces techniques-de-vol-apprises-aux-écoles-que-l’on-sait, et parachute-massif en poche, ces cracks-de-l’imposture ont malgré tout fini par s’écraser et sèchent depuis, timides et faux-derches, sous les éclairs des flashes et les morsures émoussées des flèches journalistiques : le monde entier se fâche, déplore le fichu gâchis; eux s’en fichent, chopent le chèque et s’échappent en jet, préfèrent le golf à Marrakech aux speech-sur-les-marchés-qui-flanchent et autre pleurnicherie-sur-la-dèche : ça déclenche l’alarme dans les caboches; avachis comme devant un sous-chef-sous-scotch, les fauchés-en-short hochent leur tronche de chair molle et leurs miches gonflées de mauvaise bidoche, puis shootés au steak haché, s’arrachent de leur couche, s’acheminent à grande échelle au supermarché-le-plus-proche, et s’achètent des masses de choses-à-mâcher, sait-on-jamais, rapport au crash.
Oui, ici, dans la ville aux millions de visages pâlots, que n’égaye même plus une eau-de-feu-de-grande-surface, c’est l’abandon généralisé, de la plaine, aux vautours…

Pendant ce temps, lasses d’elles-mêmes, engluées d’impuissance, de sudation surpondérale et de débauches-répétées-et-contre-nature, quelques éminences grisâtres somnolent, des rêves avariés aux allures-de-dégueulis collés aux glandes… Que de leurs yeux asséchés et bouffis-d’enflures, percent des pleurs au Co2, au soleil brûlant de l’arctique, là où fondent les derniers ours couleur-banquise.

Monsieur Untel, PDG de Polystyrène TV, télévision moderne en matériaux synthétiques.

www.myspace.com/monsieuruntel
www.lelab.tv (cliquer « Polystyrène TV »)

Publicités

Des poulets et des corbeaux

Notre PDG favori nous a alerté sur les bienfaits – mais aussi les excès – du sport. En voici un nouveau et bien étrange inventé par notre président-jogger : la balance. C’est très simple et gratuit : il vous suffit de donner quelques heures de votre temps libre à la police nationale qui vous gratifiera alors du titre de « citoyen volontaire ». Comme on filerait un coup de main à un ami, il est désormais possible d’assister la police. Bien entendu, c’est bénévole, ce qui permet à la maréchaussée de s’offrir de la main-d’œuvre à l’œil (ou une paire d’yeux de la main à la main, comme on voudra). Vigile, indic, balance, milicien, les dérives que pourrait engendrer ce dispositif de « citoyens volontaires » sont sans doute nombreuses. Méfiance donc. Pour ceux qui veulent en savoir plus, vous pouvez consulter le blog de la police (sic !) qui explique dans la langue de Doc Gyneco , je cite, le « Citoyen volontaire : c’est quoi ça ? »