Strawberry Lane Liverpool Tour

En 1967, Google Map n’existait pas. Aussi, pour la sortie le 17 février 1967 du 45 tours Strawberry Fields For Ever / Penny Lane des Beatles, EMI Parlophone eu la bonne idée de publier cette publicité dans la presse musicale de l’époque. Pour la première fois, la pop music ne mettait pas à l’honneur une grande ville américaine, Kansas City ou Memphis, mais une ville de province sinistre du nord de l’Angleterre, Liverpool. Grâce à ce plan, chacun pouvait alors opérer une visite virtuelle sur le terrain d’enfance des Fab Four (aujourd’hui, ça donnerait ceci)

Dans In My Life (Rubber Soul, 1965), Lennon avait une première fois revisité les lieux de mémoire de son enfance. Avec Strawberry Fields / Penny Lane, paru quelques mois aves Sgt Peppers (les Beatles était bien le seul groupe à pouvoir se payer le luxe de publier leurs meilleurs titres hors albums), le tandem Lennon-McCartney poursuivait son magical mystery tour dans la ville de leur enfance et par la même occasion faisait éclater les limites de la chanson pop, composant dès lors de véritables mini-symphonies de 3min30.

Les Beatles était également le seul groupe à pouvoir se payer le luxe de sortir un single sans face B mais avec deux Face A :

Face A : Strawberry Fields For Ever, mille-feuilles symphonique sous LSD, véritable tour-de-force technique et sommet surréalistico-poétique de l’œuvre de Lennon.

John & Paul, tranquilles, sur le tournage du clip de Strawberry Fields For Ever

Face A : Penny Lane, cavalcade cuivres au clair célébrant le mariage parfait du baroque et de la pop.

John & Paul à cheval sur Penny Lane

Véritable chef-d’œuvre de la musique pop, Strawberry Fields / Penny Lane, how ironic, sera le seul disque des Beatles à ne pas atteindre la première place des charts dans leur pays, devancé d’une tête par l’inepte Release Me de l’affreux Engelbert Humperdinck.

> Allegro moderato du Concerto brandebourgeoisn°2 de J-S Bach, dont la partie de picolo a fortement inspiré McCartney pour les cuivres de Penny Lane.
> Excellent article psychanalytique sur la genèse et la représentation de ces deux titres dans l’histoire du groupe et de la pop music en général.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s