Le soleil s’ennuie

bill_fay
Réchauffement climatique, mon œil. L’hiver n’en finit pas. Le seul point positif, c’est que je bénéficie d’un répit pour terminer le Journal écrit en hiver d’Emmanuel Bove (auteur dont nous reparlerons plus en détail une prochaine fois).

On peut toujours essayer de feindre en écoutant de la Sunshine Pop les yeux fermés, des Harpers Bizarre aux Free Design en passant par Sagittarius. Mais très vite on est bien obligé de se rendre à l’évidence : le soleil fait la gueule.

L’hiver 1970 avait sans doute aussi joué les prolongations s’il on en juge la mélancolie qui se dégage du premier album de Bill Fay sorti la même année. Si l’ensemble est assez sombre, les chansons sont pour la plupart très belles malgré la lourdeur de certaines orchestrations qui n’ont pas la finesse de celles de son contemporain Scott Walker. L’album est un échec tout comme le suivant au titre engageant : Time of the last persecution. Bill Fay sombre alors dans l’anonymat total jusqu’à la réédition de ses disques en 2005.

En écoute : Sun is bored, chanson crépusculaire où il est question de toréador, de ministre et du Soleil qui, à force de s’ennuyer, disparaît. Chanson géniale ou boursouflure indigeste ? A vous de juger.

"The sun goes down, never to rise again".
Sun is bored (orchestral version)
Sun is bored (acoustic version)

About these ads

6 réponses à “Le soleil s’ennuie

  1. Je ne connaissais pas Bill Fay (oui on pense à Scott). C’est très bien.

  2. ilestcinqheures

    Quelle version préférez-vous ? La démo dépouillée ou la studio surchargée ?
    Merci de votre visite.
    Bien à vous.

  3. cela dépend de mon humeur. Là je préfère la version acoustique.

  4. Typo impec, graphisme dépouillé. Cette pochette est décidément très belle.

  5. ilestcinqheures

    Tout à fait d’accord. J’aime particulièrement l’impression que Bill Fay marche sur l’eau.
    Après la photo, que pensez-vous de la chanson ?
    Merci pour votre visite.
    Bien à vous.

  6. J’avoue préférer la version lo-fi. Même si l’option grandiloquente avec guitare déchaînée est drôle, évoquant effectivement Scott Walker (ou Neil Hannon dans ses envolées les plus lyriques !).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s