Coney Island, Joey

le_petit_fugitif
cahiers_cinema_fugitif_numero_31En janvier 1954, François Truffaut signe dans le numéro 31 des Cahiers du Cinéma son article le plus célèbre, « Une certaine tendance du cinéma français » dans lequel il tire à boulets rouges sur la « Tradition de la Qualité » du cinéma français. En Une du magazine, la photo d’un petit garçon tiré du film Le Petit Fugitif sur lequel André Bazin, père spirituel de Truffaut, signe un article de 4 pages…

Si on sait l’admiration que les jeunes turc des Cahiers vouaient au cinéma américain, Hitchcock et Welles en tête, on ignorait en revanche qu’un film que personne n’avait revu depuis plus de cinquante ans ait eu une influence déterminante sur leur vocation de cinéaste : « notre Nouvelle Vague n’aurait jamais eu lieu si le jeune Américain Morris Engel ne nous avait pas montré la voie de la production indépendante avec son beau film, Le Petit Fugitif » déclara un jour Truffaut.

Ce film primé en 1953 à Venise est ressorti en salle le mois dernier. Tourné avec une petite caméra fabriquée pour l’occasion et permettant de filmer sans être vu, en décor naturel (Brooklyn et la plage de Coney Island), avec des acteurs amateurs, Le Petit Fugitif est un véritable petit chef-d’œuvre. Persuadé d’avoir causé la mort de son frère au cours d’un jeu, Joey, 7 ans, s’enfuit à Coney Island, immense plage new-yorkaise dédiée aux manèges et à l’amusement. Il va passer une journée et une nuit d’errance au milieu de la foule et des attractions foraines…

Claquant les quelques dollars subtilisés à sa mère avant de prendre la fuite, Joey découvre le monde enchanté de l’immense fête foraine de Coney Island, entre barbe à papa, tour en poney et saut en parachute. En 24 heures, le petit héros fait l’expérience de la vie et de la débrouille dans un monde qui s’apparente à un spectacle. Les plans de ce film, tous plus beaux les uns que les autres, nous rappellent que le réalisateur et sa femme étaient des photographes de talent. On pense à Weegee ou Robert Franck et à leurs clichés réalistes de l’Amérique des années 50. Ce récit d’apprentissage, bricolé à rebours de la machine hollywoodienne, est un pur enchantement visuel que l’on regarde avec les mêmes yeux éblouis et naïfs que Joey.

Preuve que Truffaut n’avait pas oublié ce film en se lançant dans la réalisation : son premier film, Les 400 coups, s’appelait au départ La Fugue d’Antoine.

Visite guidée dans le Coney Island des années 50 au son du Coney Island Baby de Lou Reed.

10 réponses à “Coney Island, Joey

  1. Tout à fait d’accord, c’est la plus belle (re)sortie de ce début d’année.

  2. ilestcinqheures

    …avec bien entendu King Kong (au Reflet Medicis). Le Club du Style y trouvera sans doute de quoi se mettre sous les crocs en matière vestimentaire et capillaire !
    Bien à vous.

  3. Tiens tiens cela m’intrigue car je n’ai pas le souvenir que King Kong était si chic que ça. Cela mérite (re)visionnage. Merci pour l’information !

  4. ilestcinqheures

    King Kong c’est le King .
    PS : Les aventuriers et les indigènes de l’ile sont pas mal sapés non plus.

  5. Ce film a été recommandé par l’un des intervenants du Masque et la Plume. Serait-ce donc là que vous puisez votre inspiration?

  6. ilestcinqheures

    Les intervenants de cette émission utilisent pour plume leurs pieds et à défaut de masque, portent des œillères. Cela ne les empêchent pas d »avoir bon goût de temps en temps d’après ce que vous me dites. En attendant, je préfère porter des plumes dans les cheveux et un œillet à la boutonnière.
    Merci pour la visite et courrez voir ce film au lien d’écouter la radio !
    Bien à vous.

  7. Malheureusement au Pays de Galles c’est dur de trouver une salle qui passe ce genre de films…

  8. ilestcinqheures

    J’ai vu le DVD de ce film dans la vitrine d’une librairie parisienne… Bien que paumé sur une île, le Pays de Galles est raccordé au réseau des réseaux. Je vous laisse faire le nécessaire.
    Bien à vous.

  9. Ici cher monsieur il n’y a pas de librairies (ni de fleuristes ni de cafés d’ailleurs-hormis starbucks), l’étudiant Britannique moyen ne lit que s’il a des essays à réaliser sur un sujet. Mais je vous promet de passer la ville au peigne fin et d’enquêter dans chaque petit recoin, c’est à dire de déambuler dans les trois rues marchandes…
    Bien à vous!

  10. Bonjour, j’ai dit tout le bien que je pensais de ce film le 17/02/09. C’est mon ami qui m’avait suggéré qu’on aille le voir. Je ne l’ai pas regretté. C’est un regard rafraîchissant sur l’enfance. C’est sûr, il n’arrive rien de grave à Joey et qu’il ne fait pas de mauvaises rencontre. On est content à la fin que tout finisse bien. Bonne soirée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s