Un samedi soir à Saint Germain

On reconnait la classe intime de Saint Germain à ce que même les samedis soirs les rues restent belles, les femmes stylées et les hommes austères.

On se retrouve à l’écume des pages entre les lignes et les pages des poètes qui nous ont précédés en ce bas monde. On vole un vers d’Eluard avant de filer à la Palette.

L’un des plus vieux bistrots du coin, une terrasse élégante, si proche et pourtant si loin du harcèlement vulgaire de la rue de Buci… Ici on boit un verre, on salut les bébés loups aux dents de laits. On discute, on pause, on hésite à carêsser une jolie joue. Il faut attendre.

Pour l’audace il faut monter l’échelle de Jacob. Cacher dans l’antre, on peut se rapprocher. La tourbe du whisky japonais autorise tout… mais chuutut ! Il est cinq heure…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s