Klute que Klute

Tout savoir, coûte que coûte. C’est en résumé l’intrigue de Klute (1971), film pré-Watergate d’Alan J. Pakula dans lequel Jane Fonda plonge dans la paranoïa suite à une affaire de meurtre. Ecoutes téléphoniques, enregistrements clandestins, chantage, cambriolage : toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes blablabla…

Jane Fonda, en pleine période vietcong, recevra un Oscar pour son interprétation de la prostituée Bree Daniels protégée 24h chrono sur 24 par le flegmatique John Klute joué par Donald Sutherland.

Le bande originale a quant à elle été confiée à l’excellent Michael Small qui, comme son confrère David Shire, fut un habitué des parano movies puisqu’il a également composé les scores de Parallax View (Pakula, 1974) et de Marathon Man (Schlesinger, 1976).

> Klute Main Title, Michael Small, 1971

About these ads

Une réponse à “Klute que Klute

  1. Je trouve ce blog génial ! Il y a une atmoshpère particulière qui s’en dégage !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s